“Lu pour vous” du printemps

Dans cette rubrique, les adhérents retrouvent chaque mois une sélection d’articles parus fraîchement ainsi qu’un article “à la une” détaillé et commenté !

 

Voici le “lu pour vous” du printemps

 

Entête

Andersen et al. Thorax. 2017 Mar;72(3):221-229. doi: 10.1136/thoraxjnl-2015-207555. Epub 2016 May 12. Voir l’abstract. Article en Accès libre !

 

POUR ACCÉDER À LA LECTURE DÉTAILLÉE DE CET ARTICLE C’EST ICI !

(Contenu uniquement accessible par les membres de la SKR.

Pour obtenir la lecture détaillée, devenez membre !)


 

NOUS VOUS PROPOSONS ÉGALEMENT UNE SÉLECTION

DES MEILLEURS ARTICLES DE CE PRINTEMPS 2017 :

 

 

 

  1. Short-Term Effect of Autogenic Drainage on Ventilation Inhomogeneity in Adult Subjects With Stable Non-Cystic Fibrosis Bronchiectasis.

Poncin et al. Respir Care. 2017 Feb 21. pii: respcare.05194. doi: 10.4187/respcare.05194. [Epub ahead of print]. Voir l’abstract.

 

L’index de clearance pulmonaire (LCI) mesure l’inhomogénéité de la ventilation grâce à un test de multiples lavages respiratoires. Cette étude évalue les effets du drainage autogène sur l’inhomogénéité pulmonaire et la fonction pulmonaire chez des patients atteints de bronchectasies non liées à la mucoviscidose.

Un test d’inhomogénéité pulmonaire (via le LCI), une spirométrie et une pléthysmographie ont été réalisée 30 min avant le drainage autogène et 5 minutes après. La quantité d’expectoration a été mesurée en poids sec et corrélée aux changements avant-après drainage.

Chez les 24 sujets inclus, l’inhomogénéité pulmonaire s’est améliorée après le drainage (10,88 ± 2,62 vs 10,53 ± 2,35, P = 0,042). La variation d’inhomogénéité pulmonaire est inversement corrélée au poids sec des sécrétions (r = -4,8, P = 0,02).

Chez les adultes atteints de bronchectasies non liées à la mucoviscidose et hypersécrétants, le drainage autogène réduit l’inhomogénéité de la ventilation. Le changement de LCI peut être le résultat d’un meilleur recrutement ou de l’évacuation des sécrétions pulmonaires.

 

  1. Early Rehabilitation in the Medical and Surgical Intensive Care Units for Patients With and Without Mechanical Ventilation: An Interprofessional Performance Improvement Project.

Corcoran et al. PM R. 2017 Feb;9(2):113-119. doi: 10.1016/j.pmrj.2016.06.015. Epub 2016 Jun 23. Voir l’abstract.

 

Le but de cette étude est d’évaluer l’impact de la mobilisation précoce sur la durée de séjour et le devenir des patients, avec ou sans ventilation mécanique, ainsi que le coût de la mise en place d’un tel programme. 160 patients ont été inclus dans l’analyse précédant la mise en place du programme de mobilisation précoce, 123 dans l’analyse lui faisant suite. 60 minutes de réhabilitation par patient permettent de diminuer la durée de séjour en réanimation de 20% (p=0.05) et de 40% le séjour hospitalier après la réanimation (p<0.01). Après l’instauration du programme de mobilisation précoce 40,5% des patients peuvent rentrer à la maison sans soins à domicile contre 18,2% avant l’instauration du programme. L’instauration de ce programme de mobilisation précoce permet de réduire les couts d’hospitalisation de 1,5 million $ par an (diminution des durées de séjour, moindre frais de soins de santé et de moindres besoins en soins dans les services non-aigus).

 

  1. Fifty Years of Research in ARDS. Respiratory Mechanics in Acute Respiratory Distress Syndrome.

Henderson et al. Am J Respir Crit Care Med. 2017 Mar 17. doi: 10.1164/rccm.201612-2495CI. [Epub ahead of print]. Voir l’abstract.

 

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë est une pathologie pulmonaire multifactorielle qui reste associée à un niveau élevé de morbi/mortalité. La ventilation mécanique, bien que qu’essentielle à la survie du patient, est associée à des lésions iatrogènes venant se surajouter à la pathologie initiale. Les recommandations actuelles conseillent l’utilisation de petits volumes courants et hauts niveaux de pression positive expiratoire, management appelé “ventilation protectrice”. Les données récentes de la littérature suggèrent que des réglages de la ventilation basés sur l’évaluation de la mécanique respiratoire propre au patient permettraient un meilleur devenir pour les patients que l’utilisation de réglages standards de la ventilation protectrice. Cette revue souligne les mesures et applications des concepts de mécanique respiratoire tels que : pression de plateau, pression motrice, pression transpulmonaire, stress and strain index. De plus, le concept de “baby lung” et l’utilisation de mesures dynamiques, en plus des mesures statiques sont discutés.

 

  1. Cuff Leak Test for the Diagnosis of Post-Extubation Stridor.

Schnell et al. J Intensive Care Med. 2017 Jan 1:885066617700095. doi: 10.1177/0885066617700095. [Epub ahead of print]. Voir l’abstract.

 

Le test de fuite a été développé pour prédire l’apparition des stridors post-extubation. Cette étude prospective multicentrique évalue la performance diagnostique de 4 tests de fuite chez les patients critiques au moment de leur première extubation planifiée.

Le stridor post-extubation apparaît chez 3,4% des patients. Chez ces patients, la réintubation est plus fréquente, associée à une durée plus longue de ventilation ainsi qu’une durée de séjour aux soins intensifs augmentée. La mortalité est inchangée. Les 4 tests de fuites montrent une faible précision : la sensibilité est variable de 27 à 46% et la spécificité de 70 à 88%, la valeur prédictive positive est de 14 à 19% et la valeur prédictive négative est de 92 à 93%. Du fait des nombreux faux positifs rencontré, l’utilisation des tests de fuites en routine expose les patients à des durées de ventilation mécanique anormalement prolongées.

 

  1. Implementation of an Early Mobility Pathway in Neurointensive Care Unit Patients With External Ventricular Devices.

Moyer et al. J Neurosci Nurs. 2017 Apr;49(2):102-107. doi: 10.1097/JNN.0000000000000258. Voir l’abstract.

 

Le but de cette étude est de déterminer la sécurité, la faisabilité et l’intérêt d’un protocole de mobilisation précoce chez les patients souffrant d’hémorragie sous arachnoïdienne (HSA) avec drainage ventriculo-externe (DVE). Les patients ont été enrôlés prospectivement pendant 12 mois et comparé à un groupe contrôle de patient souffrant d’HSA hospitalisés avant les 12 mois. Sur 101 session de mobilisation, 6 ont dues être interrompues (1 altération de l’état de conscience, 1 douleur, 1 augmentation de pression intracrânienne, 1 dysfonctionnement du DVE, 2 hypotensions). 24 sessions ont été envisagées mais jamais initiées du fait d’une aggravation de l’état neurologique (10), d’une instabilité respiratoire (2), hémodynamique (2), médicale (3) ou autre (1). Aucun DVE n’a été altéré ou délogé.

La mise en place d’un protocole de mobilisation précoce chez les patients avec DVE est sécuritaire et faisable et peut être associée à une prise en charge plus rapide, une diminution de la durée de séjour en réanimation (non significatif dans cette étude) et une meilleure récupération à la sortie, sans entrainer de complication majeure.

 

  1. Safety and Feasibility of a Protocolized Approach to In-Bed Cycling Exercise in the Intensive Care Unit: Quality Improvement Project.

Kimawi et al. Phys Ther. 2017 Mar 31. doi: 10.1093/ptj/pzx034. [Epub ahead of print]. Voir l’abstract.

 

Un projet d’amélioration de la qualité (QI pour Quality Improvement) a été conduit pour évaluer si un protocole standardisé de cycloergomètre au lit était faisable et sécuritaire et permettait une plus longue durée de pédalage et d’atteindre des résistances plus élevées. Un protocole de 35 minutes de pédalage au lit a été implémenté dans une unité de réanimation médicale et testé pendant une période de 7 mois (Groupe QI), comparée aux données collectées les 18 mois précédents l’implémentation du protocole (groupe pré-QI).

106 patients ont reçu 260 séances standardisées (Groupe QI) vs 178 patients qui ont reçu 498 sessions avant l’implémentation du protocole (groupe pré-QI). Les patients du groupe QI pédalent significativement plus longtemps (35 [25 – 35] vs. 25 [18 – 30] minutes, P<0.001) et atteignent plus souvent des résistances supérieures à 0 (47% vs. 17% of sessions, P<0.001) que le groupe pré-QI.

 

 

  1. The Effect of High-Flow Nasal Cannula Oxygen Therapy on Mortality and Intubation Rate in Acute Respiratory Failure: A Systematic Review and Meta-Analysis.

Monro-Sommerville et al. Crit Care Med. 2017 Apr;45(4):e449-e456. doi: 10.1097. Voir l’abstract.

 

Revue systématique et méta-analyse évaluant le niveau d’évidence quant à l’utilisation des canules nasals à haut débit chez les patients en insuffisance respiratoire aigüe sur la mortalité hospitalière, le taux d’intubation, l’apparition de délirium et le confort. 14 études ont été retenues, incluant au total 20507 sujets. Il n’existe pas de différence significative en termes de mortalité hospitalière ou de confort entre les canules nasales à haut débit et les soins courants. Une analyse qualitative sur 13 études suggère que les canules nasales à haut débit améliorent le confort et la dyspnée. Des essais randomisés contrôlés de plus grande ampleur sont nécessaires.

 

  1. Thoracic Muscle Cross-Sectional Area is Associated with Hospital Length of Stay Post Lung Transplantation: A Retrospective Cohort Study.

Rozenberg et al. Transpl Int. 2017 Apr 8. doi: 10.1111/tri.12961. [Epub ahead of print]. Voir l’abstract.

 

Cette étude compare la masse musculaire squelettique de candidats à la transplantation pulmonaire, mesurée via tomodensitométrie, vs des sujets contrôles et les données cliniques pré et post transplantation. 527 candidats à la transplantation pulmonaire ont été évalués rétrospectivement. L’association entre la section transversale des fibres des muscles thoraciques et le test de marche de 6 min (6MWD) pré-transplantation, le questionnaire de qualité de vie (HRQL), la mortalité ou le retrait des listes de greffe, le devenir après transplantation et la mortalité à un an, ont été utilisé dans une analyse multivariée.

La section transversale des fibres musculaires était inférieure de 10 % chez les sujets en attente de greffe pulmonaire par rapport aux sujets contrôles. La taille des fibres est associée au 6MWD pré-transplantation mais aucune association n’a pu être mise en évidence avec la HRQL, le retrait des listes de greffe ou la mortalité. L’augmentation de la section transversale des fibres (par 10 cm2) est associée à de plus courtes durées de séjour  [médiane : 0.7 jours 95% CI (0.2-1.3)], indépendamment du 6MWD.

La section transversale des fibres des muscles thoraciques est une mesure simple et facilement disponible de la masse musculaire squelettique et est en mesure de prédire la durée de séjour hospitalière, mais de plus amples études sont nécessaires pour évaluer la contribution de cette perte musculaire aux déficits présents chez les patients en attente de greffe pulmonaire.

 

 

  1. Six-minute Stepper Test to Set Pulmonary Rehabilitation Intensity in Patients with COPD – A Retrospective Study.

Bonnevie et al. COPD. 2017 Apr 7:1-5. doi: 10.1080/15412555.2017.1303040. [Epub ahead of print]. Voir l’abstract.

 

Le but de cette étude est de développer une équation prédictive, sur base du stepper test de 6 min (6MST), pour fixer l’intensité de travail des patients BPCO bénéficiant de revalidation pulmonaire. Les relations suivantes ont été analysées : fréquence cardiaque moyenne (HR) pendant les 3 premières (HR1-3) et dernières minutes (HR4-6) du 6MST, HR au moment du seuil ventilatoire (vt) atteint lors d’un test cardio-pulmonaire (HRvt), le nombre de montée à la fin du 6MST, la charge de travail au seuil ventilatoire (Wvt) et le VEMs.

24 patients ont été inclus rétrospectivement.

HRvt = 0.7887 × HR1-3 + 20.83 and HRvt = 0.6180 × HR4-6 + 30.77.

Il existe une forte corrélation entre HR1-3, HR4-6 et HRvt (r = 0.69, p < 0.001 et r = 0.57, p < 0.01 respectivement). Une corrélation positive a été trouvée entre le nombre de montée au 6MST et LoWvt (r = 0.63, p < 0.01). L’équation prédictive : LogWvt = 0.001722 × step count + 1.248. Le 6MST peut être utilisé pour individualiser l’entrainement aérobie chez les patients BPCO.

 

 

  1. Pre- and postoperative inspiratory muscle training in patients undergoing cardiac surgery: systematic review and meta-analysis.

Gomes Neto et al. Clin Rehabil. 2017 Apr;31(4):454-464. doi: 10.1177/0269215516648754. Epub 2016 Jul 10. Voir l’abstract.

 

Revue systématique dont le but est de déterminer les effets de l’entrainement des muscles respiratoires pré et post chirurgie cardiaque, sur la durée de séjour post-opératoire et la fonction pulmonaire.

8 études remplissaient les critères d’inclusion. L’entrainement pré-opératoire permet de réduire la durée de séjour hospitalière post-opératoire de 2 jours (95% CI -3.4, -0.7, N = 302), d’améliorer la pression inspiratoire de 16,7 cmH2O (95% CI 13.8, 19.5, N = 386), le VEMs de 3% de sa valeur prédite (95% CI 0.1, 6, N = 140), la capacité vitale forcée de 4,6% de sa valeur prédite (95% CI 1.9, 7.4, N = 140). L’entrainement pré-opératoire permet de réduire les risques de complications pulmonaires (RR = 0.6; 95% CI 0.5 to 0.8; P = 0.0004, N = 386). L’entrainement post-opératoire améliore la pression inspiratoire de 16,5 cmH2O (95% CI 4.9, 27.8, N = 115) et le volume courant de 185 mL (95% CI 19.7, 349.8, N = 85).

L’entrainement des muscles inspiratoires pré et post-opératoire montre des bénéfices dans le traitement des patients subissant une chirurgie cardiaque.

 

 

 

 

Travail réalisé pour la SKR par Mathieu Delorme (mathieu.delorme.pt@gmail.com) et Emilie Bialais (emilie.bialais@uclouvain.be).

 

Les auteurs ont réalisé ce travail en se basant sur le contenu original des articles.