“Lu pour vous” du mois d’avril

Dans cette rubrique, les adhérents retrouvent chaque mois une sélection d’articles parus fraîchement ainsi qu’un article à la “une” détaillé et commenté !

Voici le “lu pour vous” du mois d’avril.

lu pour vous

POUR ACCÉDER A LA LECTURE DÉTAILLÉE DE CET ARTICLE C’EST ICI

(Contenu uniquement accessible par les membres de la SKR. Pour obtenir la lecture détaillée, devenez membre !)

 

Nous vous proposons  également une sélection des meilleurs articles du mois :

1. BTS/ICS guideline for the ventilatory management of acute hypercapnic respiratory failure in adults.

Davidson et al. Thorax. 2016 Apr;71 Suppl 2:ii1-ii35.  Voir l’abstract.

 

Il s’agit de recommandations conjointes de la British Thoracic Society et de l’Intensive Care Society concernant la prise en charge des insuffisances respiratoires aiguës hypercapniques chez l’adulte. Sont abordés les principes généraux de ventilation mécanique (modes, interfaces, oxygénation…), les pathologies chroniques sujettes à exacerbation hypercapnique (BPCO, asthme, mucoviscidose, …), les modalités de sevrage ventilatoire, l’organisation des soins ainsi que les thérapie en voie de développement (épuration extracorporelle, helium, …).

2. Aerosol Therapy in Adults Receiving High Flow Nasal Cannula Oxygen Therapy.

Réminiac et al. J Aerosol Med Pulm Drug Deliv. 2016 Apr;29(2):134-41.  Voir l’abstract.

 

Il s’agit d’une étude sur banc d’essai évaluant le dépôt pulmonaire potentiel d’un aérosol au cours du haut débit nasal. La configuration la plus efficace semble être d’utiliser un nébuliseur à tamis vibrant, placé en entrée de chambre d’humidification. L’augmentation du débit et la respiration bouche ouverte diminuent la dose délivrée. La simulation d’un pattern de détresse respiratoire (débit inspiratoire du modèle élevé) ne semble pas diminuer la qualité du dépôt pulmonaire. En configuration optimale (nébuliseur à tamis vibrant placé en amont de la chambre d’humidification, bouche fermé, débit de haut débit nasal à 30 l/min), le dépôt pulmonaire peut potentiellement atteindre 6,7 à 10,3% de la dose de charge (selon le débit inspiratoire du modèle). La pertinence clinique de ce mode d’administration reste à évaluer.

 

3. Acute respiratory distress syndrome.

Sweeney et al. Lancet. 2016 Apr 28. pii: S0140-6736(16)00578-X.  Voir l’abstract.

 

Il s’agit d’une revue narrative décrivant les mécanismes physiopathologiques impliqués dans le syndrome de détresse respiratoire aiguë ainsi que les différentes modalités de traitement qui existent à ce jour, pharmacologiques ou non pharmacologiques. La mortalité dans le SDRA reste aujourd’hui voisine de 30%.

 

4. Effect of Postextubation High-Flow Nasal Cannula vs Conventional Oxygen Therapy on Reintubation in Low-Risk Patients: A Randomized Clinical Trial.

Hernández et al. JAMA. 2016 Apr 5;315(13):1354-61.  Voir l’abstract.

 

Il s’agit d’un essai contrôlé randomisé conduit auprès de 527 patients de réanimation comparant l’efficacité du haut débit nasal à l’oxygénothérapie conventionnelle après extubation. Les patients inclus dans cette étude répondaient à des critères prédéfinis d’extubation programmée, et présentaient un risque faible de réintubation (moins de 65 ans, APACHE II < 12, IMC < 30, encombrement bronchique bien géré, sevrage simple, 0 ou 1 comorbidité, absence de cardiopathie, de BPCO modérée ou sévère, d’obstruction des voies aériennes, ou de ventilation mécanique prolongée). Le taux de réintubation à 72 heures dans le groupe haut débit nasal était significativement moins élevé que dans le groupe oxygénothérapie conventionnelle (respectivement 4,9% vs 12,2% ; p=0,004).

 

5. Conservative oxygen therapy in mechanically ventilated patients following cardiac arrest: A retrospective nested cohort study.

Eastwood et al. Resuscitation. 2016 Apr;101:108-14.  Voir l’abstract.

 

Chez les patients sous ventilation mécanique après un arrêt cardiaque, éviter l’hypoxémie apparaît être un enjeu crucial. Éviter l’hyperoxémie peut également être un élément important. Il s’agit ici d’une étude rétrospective évaluant deux cohortes de 50 patients chacunes, l’une avant, et l’autre après introduction d’un protocole de service différent dans l’approche de l’oxygénothérapie chez ces patients. La méthode évaluée, dite « conservative », consiste à titrer la FiO2 le plus bas possible pour obtenir une SpO2 cible entre 88 et 92%. Les patients du groupe « oxygénothérapie conservative » bénéficiaient d’une FiO2 moins élevée, étaient plus nombreux à recevoir de la ventilation en mode spontané et avaient une durée de séjour en réanimation moins importante. Cette étude supporte la faisabilité de la sécurité de cette approche chez les patients en réanimation après arrêt cardiaque.

 

6. Intensive Care Unit Acquired Weakness.

Jolley et al. Chest. 2016 Apr 7. pii: S0012-3692(16)47575-6.  Voir l’abstract.

 

Le nombre de patients admis en soins intensifs augmente alors que la mortalité diminue. Cette observation heureuse met cependant en exergue l’importance que peuvent avoir les répercussions cognitives et fonctionnelles après un séjour en réanimation. Ces incapacités acquises en réanimation peuvent perdurer pendant plusieurs années et augmenter les dépenses de santé en impactant également la qualité de vie des patients. Cette revue traite de l’épidémiologie et de la physiopathologie des ICU acquired weakness et propose une nouvelle stratégie dans la détection de celles-ci.

 

7. Speaking valves in tracheostomised ICU patients weaning off mechanical ventilation – do they facilitate lung recruitment? (Article en libre accès !)

Sutt et al. Crit Care. 2016 Apr 1;20(1):91.  Voir l’abstract.

 

Il s’agit d’une étude observationnelle conduite auprès de 20 patients trachéotomisés en cours de sevrage ventilatoire. Le recrutement pulmonaire était évalué par tomographie par impédance électrique au cours de séances de clapet phonatoire. Comparativement aux périodes de ventilation mécanique, le fait de dégonfler le ballonnet lors des séances de clapet phonatoire semble améliorer le recrutement pulmonaire.

 

8. Clinicians’ perceptions of rationales for rehabilitative exercise in a critical care setting: A cross-sectional study.

Nickels et al. Aust Crit Care. 2016 Apr 19. pii: S1036-7314(16)30003-0.  Voir l’abstract.

 

Il s’agit d’une enquête réalisée auprès des médecins, infirmiers et physiothérapeutes d’un centre hospitalier australien. L’objectif de cette enquête était d’identifier les éléments justifiant, selon les cliniciens, la mise en place d’une réhabilitation précoce chez les patients de réanimation. Selon les répondants (n=76), les principaux bénéfices attendus de cette prise en charge sont de diminuer la durée de séjour, prévenir le déconditionnement musculaire, et augmenter la force musculaire des patients.

 

9. Effect of nasal high-flow oxygen therapy on the swallowing reflex: an in vivo volunteer study.

Sanuki et al. Clin Oral Investig. 2016 Apr 8.  Voir l’abstract.

 

Il s’agit d’une étude physiologique menée auprès de 9 volontaires sains. L’objectif était d’évaluer la latence du réflexe de déglutition sous différents débits de haut débit nasal comparativement à une respiration spontanée sans aucune interface. Le réflexe de déglutition apparaissait plus précocement au cours des périodes de haut débit nasal comparativement à la période « contrôle ». Cette étude suggère que le haut débit nasal serait susceptible de faciliter le réflexe de déglutition, notamment en diminuant la latence de celui-ci.

Travail réalisé pour la SKR par Mathieu Delorme (mathieu.delorme.pt@gmail.com) et Emilie Bialais (emilie.bialais@uclouvain.be)

Les auteurs ont réalisé ce travail en se basant sur le contenu original des articles. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *