“Lu pour vous” du mois de mai

C’est avec un peu de retard et nos excuses que nous vous proposons le “lu pour vous” du mois de mai.

Dans cette rubrique, les adhérents retrouvent chaque mois une sélection d’articles parus fraîchement ainsi qu’un article “à la une” détaillé et commenté !

 Voici le “lu pour vous” du mois de mai.Capture d’écran 2016-07-24 à 19.06.29

POUR ACCÉDER À LA LECTURE DÉTAILLÉE DE CET ARTICLE C’EST ICI  !

(Contenu uniquement accessible par les membres de la SKR. Pour obtenir la lecture détaillée, devenez membre !)

 A Randomized Trial of an Intensive Physical Therapy Program for Patients with Acute Respiratory Failure.

Moss et al. Am J Respir Crit Care Med. 2016 May 15;193(10):1101-10. Voir l’abstract.

Le but de cette étude est de déterminer si un programme de kinésithérapie précoce intensive améliore la performance fonctionnelle physique à long terme par rapport à un programme de kinésithérapie standard. Les patients sous ventilation mécanique pendant au moins 4 jours ont été inclus pour recevoir de manière randomisée, pendant 4 semaines, une kinésithérapie intensive ou standard. 120 patients ont été recrutés. Les patients du groupe kiné intensive ont reçu 12,4±6,5 séances pour un total de 408±261 minutes contre seulement 6,1±3,8 séances de 86±63 minutes dans le groupe standard (p<0,001 pour les deux analyses). Dans les deux groupes, la fonction physique était encore réduite, mais  significativement améliorée au fil du temps entre 1, 3 et 6 mois. Les 2 groupes ne diffèrent pas en terme de statut fonctionnel, pour aucun des temps ou pour leur récupération globale.

 


NOUS VOUS PROPOSONS ÉGALEMENT UNE SÉLECTION DES MEILLEURS ARTICLES DU MOIS :

 

  1. Effect of Noninvasive Ventilation Delivered by Helmet vs Face Mask on the Rate of Endotracheal Intubation in Patients With Acute Respiratory Distress Syndrome: A Randomized Clinical Trial.

Patel et al. JAMA. 2016 May 15. doi: 10.1001/jama.2016.6338. [Epub ahead of print]. Voir l’abstract.

 

L’objectif de cet essai clinique randomisé est de déterminer si la VNI délivrée via un casque (Helmet) réduit le taux d’intubation chez les patients atteints de SDRA, par rapport à l’administration de la VNI par masque facial. 83 patients (44 dans le groupe Helmet, 39 dans le groupe masque facial) ont été inclus pour au minimum 8h de VNI. Le taux d’intubation est moindre (p<0,001) et le nombre de jours sans ventilation mécanique plus important (p<0,001) quand la VNI est administrée via un casque. A 90 jours, 15 patients (34,1%) dans le groupe de casque sont morts comparés aux 22 patients (56,4%) dans le groupe de masque (p=0,02).

 

  1. Pre- and postoperative inspiratory muscle training in patients undergoing cardiac surgery: Systematic review and meta-analysis.

Gomes Neto et al. Clin Rehabil. 2016 May 6. pii: 0269215516648754. [Epub ahead of print]. Voir l’abstract.

 

Le but de cette revue systématique est de déterminer les effets de l’entraînement des muscles inspiratoires en pré- et postopératoire de chirurgie cardiaque. Huit études remplissaient les critères d’inclusion (4 en préopératoire – 416 patients, 3 en post-opératoire – 115 patients et 1 en pré- et postopératoire – 43 patients).  L’entrainement des muscles inspiratoires en pré- et postopératoire a montré différents bénéfices dans le traitement des patients subissant une chirurgie cardiaque.

 

  1. Noninvasive ventilation for acute lung injury a meta-analysis of randomized controlled trials.

Xu et al. Heart Lung. 2016 May-Jun;45(3):249-57. doi: 10.1016/j.hrtlng.2016.02.005. Voir l’abstract.

 

Le but de cette méta-analyse est de comparer l’effet de la ventilation non invasive (VNI) à l’oxygénothérapie standard dans le traitement des lésions pulmonaires aiguës (ALI). La VNI réduit significativement le taux d’intubation, la durée de séjour en réanimation et la mortalité hospitalière. La durée du séjour à l’hôpital et la mortalité en réanimation ne diffèrent pas.

 

  1. What’s Next After ARDS: Long-Term Outcomes.

Chiumello et al. Respir Care. 2016 May;61(5):689-99. doi: 10.4187/respcare.04644. Voir l’abstract.

 

Le syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) entraîne une mortalité à court terme qui a diminué de façon significative dans la dernière décennie, principalement en raison de l’application de la ventilation protectrice. Malgré tout, les résultats à long terme sont encore insatisfaisants. Plusieurs études récentes ont évalué la qualité de vie, le handicap neuropsychologique résultant, les séquelles radiologiques et le dysfonctionnement pulmonaire jusqu’à 5 ans. Cet article examine la littérature concernant les résultats à long terme chez les patients atteints de SDRA.

 

  1. High-flow nasal cannula oxygen therapy versus noninvasive ventilation in immunocompromised patients with acute respiratory failure: an observational cohort study.

Coudroy et al. Ann Intensive Care. 2016 Dec;6(1):45. doi: 10.1186/s13613-016-0151-7. Epub 2016 May 20. Voir l’abstract.

 

Les auteurs ont comparé les résultats des patients immunodéprimés traités par thérapie nasale à haut débit (HFNC) seule comparativement à la ventilation non-invasive (VNI) comme thérapie de première intention pour une insuffisance respiratoire aiguë.

Parmi les 115 patients analysés, 60 (52%) ont été traités par HFNC seule et 55 (48%) par VNI comme traitement de première intention (parmi lesquels 30 patients (55%) recevaient du haut débit nasal et 25 patients (45%) de l’oxygène standard entre les sessions VNI). Les taux d’intubation et la mortalité à 28 jours étaient plus élevés chez les patients traités par VNI que par HFNC (55 vs 35%, p=0,04, et 40 contre 20%, p=0,02, respectivement). Une analyse multivariée montre que la VNI était indépendamment associée à l’intubation et la mortalité.

 

  1. Laryngeal response patterns influence the efficacy of mechanical assisted cough in amyotrophic lateral sclerosis.

Andersen et al. Thorax. 2016 May 12. pii: thoraxjnl-2015-207555. doi: 10.1136/thoraxjnl-2015-207555. [Epub ahead of print]. Voir l’abstract.

 

Les insufflation-exsufflations mécaniques (MI-E) sont utilisées chez les patients atteints de sclérose latérale amyotrophique (SLA) afin d’améliorer la toux, mais elles sont souvent inefficaces en cas d’atteinte bulbaire. Les auteurs ont mené une étude transversale chez 20 patients atteints de SLA et 20 volontaires sains. Grâce à un enregistrement vidéo lors des MI-E, les mouvements laryngés ont été évalués. Au niveau supra-glottique, il y a une adduction des structures laryngées pendant l’insufflation chez tous les patients atteints de SLA présentant des symptômes bulbaires (n=14). Au niveau glottique, l’abduction initiale est suivie d’une adduction, chez tous les patients SLA pendant l’insufflation et l’exsufflation. Il y a une constriction hypopharyngée à l’exsufflation chez tous les sujets, plus marquée chez les patients SLA présentant une atteinte bulbaire. Les sujets sains et les patients SLA sans atteinte bulbaire (n=6) avaient une bonne coordination de la toux pendant la MI-E.

 

  1. One-Year Outcomes in Caregivers of Critically Ill Patients.

Cameron et al. N Engl J Med. 2016 May 12;374(19):1831-41. Voir l’abstract.

 

Les auteurs ont étudié les caractéristiques des patients ayant survécu à une maladie grave et de leur entourage pour déterminer quelles caractéristiques sont associées à des effets sur la santé pour l’entourage au cours de la première année après la sortie de réanimation.

280 soignants de patients qui avaient reçu 7 jours ou plus de ventilation mécanique en réanimation ont été inclus. L’âge moyen des soignants était de 53 ans, 70% étaient des femmes, et 61% prenaient soin d’un conjoint. Un pourcentage important des aidants (67% initialement et 43% à 1 an) a rapporté des niveaux élevés de symptômes dépressifs. Ceux-ci ont diminué au moins partiellement avec le temps chez 84% des soignants, mais pas chez les 16% restant. Les variables significativement associées étaient le jeune âge, l’impact des soins sur leurs autres activités, le manque de soutien social, un moindre sentiment de contrôle sur leur vie et une moindre croissance personnelle.

 

  1. Functional Status in ICU Survivors and Out of Hospital Outcomes: A Cohort Study.

Rydingsward et al. Crit Care Med. 2016 May;44(5):869-79. Voir l’abstract.

 

Les auteurs ont effectué une étude de cohorte rétrospective pour examiner l’association entre le statut fonctionnel à la sortie de l’hôpital des survivants de réanimation et le risque de mortalité toutes causes confondues à 90 jours après la sortie. 10343 adultes admis en réanimation entre 1997 à 2011, ont survécu à une hospitalisation. Le quartile le plus bas concernant l’état fonctionnel à la sortie de l’hôpital était associé à une probabilité accrue de mortalité à 90 jours par rapport aux patients indépendants d’un point de vue fonctionnel (odds ratio 7,63 [IC 95%, 3,83 à 15,22; p<0,001]). Chez les patients ayant reçu au moins 7 jours de kinésithérapie avant la sortie de l’hôpital (n=2293), l’état fonctionnel s’améliorant, la mortalité à 90 jours était réduite (odds ratio 0,36 [IC 95%, 0,24 à 0,53]; p<0,001).

 

  1. Feasibility and Safety of Physical Therapy during Continuous Renal Replacement Therapy in the Intensive Care Unit.

Toonstra et al. Ann Am Thorac Soc. 2016 May;13(5):699-704. Voir l’abstract.

 

Le but de cette étude observationnelle prospective est d’évaluer la faisabilité et la sécurité des interventions de kinésithérapie, délivrée dans le cadre des soins cliniques de routine, pour les patients sous thérapie de remplacement rénal continue (EERC) en réanimation. Les  séances de kinésithérapie ont été individualisées sur la base des déficiences et de la tolérance des patients. 11 kinésithérapeutes ont effectué 268 séances de rééducation à 57 patients sous EERC : 78 (29%) exercices au lit, 72 (27%) exercices sur cycloergomètre, 80 (30%) stations assises sur le bord du lit, 13 (5%) transferts au fauteuil et 25 (9%) stations debout ou marche sur place. Aucun événement indésirable lié à l’EERC ne s’est produit (0%; 95% intervalle de confiance supérieur, 6,3%). Il y avait six événements indésirables non liés à l’EERC, exclusivement des changements transitoires de tension artérielle. La kinésithérapie des patients de réanimation sous EERC est faisable et sécuritaire.

 

  1. Diverse Inhaler Devices: A Big Challenge for Health-Care Professionals.

Alismail et al. Respir Care. 2016 May;61(5):593-9. Voir l’abstract.

 

Les objectifs de cette étude étaient d’évaluer les connaissances concernant les différents dispositifs spécifiques d’inhalation et la capacité à conserver ces connaissances pour une période minimale de 3 mois. Cette étude prospective comprenait 4 groupes de soignants (médecins, inhalothérapeutes (respiratory therapists), infirmières et pharmaciens). Tous les sujets ont subi un test de base écrit évaluant les connaissances de 4 techniques d’inhalation différentes. Ensuite, les sujets ont regardé une vidéo d’instruction montrant la bonne méthode de délivrance pour chaque appareil. Enfin, les sujets ont été une nouvelle fois testés après 3 mois. Le score moyen écrit des inhalothérapeutes était significativement plus élevé que ceux des infirmières et des médecins (p=0,02 et 0,01, respectivement). De même, les scores de base pratiques étaient significativement différents entre les groupes (p<0,001). Le score moyen pratique des inhalothérapeutes était significativement plus élevé par rapport à ceux des infirmières et des médecins (p=0,002 et p<0,001, respectivement). Un nombre suboptimal de professionnels médicaux ont la base de connaissances appropriée et des compétences techniques pour enseigner les différentes techniques d’inhalation.

 

 

Travail réalisé pour la SKR par Mathieu Delorme (mathieu.delorme.pt@gmail.com) et Emilie Bialais (emilie.bialais@uclouvain.be).

 

Les auteurs ont réalisé ce travail en se basant sur le contenu original des articles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *