Réanimation et table de verticalisation: appel à projet pour PHRIP.

Sans titre

L’hôpital Marie Lannelongue lance un projet intéressant afin d’étudier l’impact de la verticalisation sur la neuromyopathie.

Mr. MOORE qui mène ce projet, souhaite pouvoir le réaliser conjointement avec d’autres centres réanimatoires disposant et utilisant la table de verticalisation.

Nous transmettons ci joint sa demande écrite pour encourager ce projet:

Objet : Appel à projet pour dépôt de candidature d’une lettre d’intention pour un PHRIP.

Par cette présente, nous sollicitions la communauté de kinésithérapeute exerçant en secteur de réanimation chirurgicale ou médicale qui utilise couramment une table de verticalisation.

Nous avons mené une étude dont les résultats ont été présentés au congrès de la SRLF en janvier 2017 portant sur l’efficacité de l’utilisation d’une table de verticalisation sur la neuromyopahtie de réanimation.

Cette étude randomisée, contrôlée a été menée d’octobre 2013 à octobre 2014. Ont été inclus les patients sous ventilation mécanique au moins 3 jours ne présentant pas de critères d’’exclusion (atteinte cérébral ou médullaire, fracture du bassin ou des membres inférieurs).

2 groupes ont été établis : un premier bénéficiant d’une prise en charge standard associant kinésithérapie motrice et installation au fauteuil deux heures par jour minimum dès absence de contre-indication temporaire (RASS ≤-2 ou sup à 1, instabilité hémodynamique, ECMO, hémodiafiltration continue).

Le second groupe (groupe tilt) bénéficiait du même traitement avec adjonction d’une heure de verticalisation par jour sur plan incliné.

Le critère de jugement principal utilisé était le score MRC.

L’étude réalisée n’a pas permis de démontrer une différence significative dans l’utilisation du plan sur le score MRC mais il apparait que le groupe tilt présentait des scores MRC plus bas au départ suggérant une récupération plus rapide. Cette non significativité peut s’expliquer également par un protocole de prise en charge très précoce et une durée de verticalisation trop restreinte.

Ainsi, afin de conforter cette tendance , il nous parait nécessaire de réitérer une étude sur l’impact de la verticalisation sur la neuromyopathie de réanimation en comparant deux groupes de patients présentant une neuromyopathie de réanimation ; l’un bénéficiant d’une kinésithérapie motrice associée à de la verticalisation seule ( 2 heures par jour minimum), l’autre bénéficiant de kinésithérapie associée à l’installation au fauteuil seul.

Nous sollicitons donc la communauté des kinésithérapeutes exerçant en secteur de réanimation et utilisant couramment une table de verticalisation afin de mener une étude randomisée et cette fois-ci multicentrique qui nous permettrait de déposer une lettre d’intention pour un PHRIP.

Pour plus de détails, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante : a.moore@ccml.fr ou par téléphone au 01 40 94 86 80.

Alex Moore

Responsable kinésithérapeute HML

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *